Le Bas-Saint-Laurent mobilisé pour des emplois en aménagement forestier durables et valorisants

Publié le 2020-02-24

C’est avec une grande satisfaction que le président du Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent (CRDBSL), Monsieur Francis St-Pierre, accueille l’annonce par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, M. Jean Boulet, du soutien financier qui contribuera à la mise en œuvre d’un projet unique d’expérimentation de modèles de rémunération pour les ouvriers forestiers.

« Ce projet est essentiel au développement forestier régional. Il est le fruit de la mobilisation exceptionnelle des partenaires en aménagement forestier. Je suis fier de cette collaboration qui contribuera à maintenir et développer nos emplois en ce domaine. Si la problématique de relève des ouvriers forestiers n’est pas réglée, c’est la réalisation même de nos stratégies d’aménagement qui est compromise, ainsi que le maintien de l‘approvisionnement de nos usines de transformation. Notre projet régional se veut une solution à ce défi », a précisé Monsieur St-Pierre. Mentionnons que le CRD est mandataire de la mise en œuvre de ce projet d’expérimentation issu d’une importante concertation régionale. Depuis la tenue d’un Sommet sur l’emploi en aménagement forestier, en novembre 2017, un plan d’action est en cours de réalisation par la Table sectorielle de concertation en aménagement forestier (TSCAF), coordonnée par le CRD. C’est dans ce cadre que les membres de la TSCAF ont élaboré un projet permettant de tester des formules de rémunération sur une période de trois ans, lequel a été proposé aux paliers gouvernementaux concernés par le défi de la main-d’œuvre en aménagement forestier.

Cinq employeurs et cent travailleurs mobilisés
Un nombre de cent ouvriers forestiers est ciblé pour ces expérimentations. Avec la collaboration de cinq groupements forestiers du territoire, elles s’échelonneront sur une période de 3 ans, de 2020 à 2022. Trois formules distinctes de rémunération seront expérimentées selon trois catégories de travailleurs :

1) Ouvriers débutants : rémunération à taux horaire;
2) Ouvriers expérimentés : rémunération mixte composée d’une base salariale garantie et d’une prime au rendement;
3) Ouvriers près de la retraite : rémunération à taux horaire établie selon l’historique de production du travailleur (90 % de sa moyenne des 3 dernières années).

À ces formules s’ajouteront de la formation et des avantages sociaux, tels que des congés mobiles, une prime à la polyvalence et la participation à un REER. Les groupements forestiers procèdent actuellement au recrutement des participants, notamment par le biais de rencontres d’information. Ajoutons que tout au cours de la réalisation du projet, des évaluations permettront de documenter l’expérience et la satisfaction des travailleurs, et ce, en vue d’en assurer les suites.

« L’établissement d’une relève en aménagement forestier passe d’abord et avant tout par l’amélioration des conditions de travail. Par ce projet, nous proposons aux travailleurs sylvicoles des défis à la hauteur de leur talent, avec des conditions qui reconnaissent la valeur de leur contribution à la santé de nos forêts », a ajouté le président du CRD. Rappelons que le Bas-Saint-Laurent compte près d’une dizaine d’entreprises en aménagement forestier embauchant au total environ 200 employés : des ouvriers forestiers, techniques et de supervision.

Photo, de gauche à droite (à l'avant) : Francis St-Pierre, président du Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent (CRDBSL), Jean Boulet, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Pierre Sirois, président de la Fédération des groupements forestiers du Bas-Saint-Laurent, Jocelyne Adomou, conseillère régionale Services aux entreprises à Services Québec. À l'arrière : Serge Desrosiers et Réjean Hudon, travailleurs sylvicoles au Groupement forestier Métis-Neigette, Laurent Gagné, coordonnateur du projet au CRDBSL.

À propos de la Table sectorielle de concertation en aménagement forestier
La Table sectorielle de concertation en aménagement forestier a pour mandat de produire et mettre en œuvre un plan d’action visant à bonifier les conditions actuelles des travailleurs forestiers et contrer une rareté de la main-d’œuvre en aménagement forestier. Elle est composée de représentants d’entreprises d’aménagement forestiers, du Comité sectoriel de la main-d’œuvre en aménagement forestier (CSMOAF), du Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, de Services Québec, d’ouvriers sylvicoles, d’élus municipaux, de la Fédération des Groupements forestiers du Bas-Saint-Laurent et du Collectif régional de développement du Bas-Saint-Laurent qui coordonne les travaux de cette table de concertation.